Confidentialité et soutien : Téléconsultation psychologique pour les états dépressifs

Même si aujourd’hui, la dépression fait parler d’elle, une bonne partie des sujets concernés ne consultent pas ou ne consultent que très tardivement. Certains pourront vous dire que comme il s’agit d’une maladie psychique, la volonté du patient peut l’aider à s’en sortir. Il est pourtant important de se faire accompagner pour optimiser ses chances de s’en sortir. Pour les états dépressifs, il y a l’alternative de la téléconsultation.

Des difficultés à consulter …

Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, beaucoup de personnes dépressives ne consultent pas ou ne consultent que très tardivement. Les raisons ne sont pas les mêmes d’une personne à une autre, mais on peut citer :

A lire en complément : L'hypnose et la guérison de l'agoraphobie à Caen

  • Le vécu lui-même de cette pathologie psychique : en effet, certains sujets se disent que ce n’est qu’une tristesse passagère ou un coup de blues et qu’ils n’ont pas forcément besoin de soins,
  • La stigmatisation de la dépression : oui, certaines personnes dépressives ne sont pas faciles à vivre et peuvent présenter des troubles. Alors lorsqu’on détecte certains symptômes, on les minimise de peur d’être mal considéré,
  • L’image péjorative des traitements : là aussi, il y a la remise en cause de l’efficacité du traitement ainsi que les rumeurs sur la dépendance à ceux-ci.

Dans la plupart des cas, les sujets reconnaissent mal les dysfonctionnements psychologiques. En effet, il n’est pas si simple d’accepter et de se reconnaître comme dépressif qu’on met les symptômes de la dépression détectés sur le compte d’un dysfonctionnement organique ou d’une raison non pathologique.

Les effets de la dépression

Aussi positif et volontaire que soit le patient, il est rare de sortir seul de la dépression. Comme pour toute autre pathologie, la dépression, quand elle n’est pas traitée, s’aggrave et a des répercussions sur le corps et l’esprit. Non traitée, elle peut causer de graves problèmes de santé. Le sujet dépressif est plus exposé aux maladies chroniques. Vous l’avez sans doute remarqué, mais dans la plupart des cas, les personnes dépressives finissent toujours par s’isoler, car elles ont du mal à entretenir des relations.

A lire aussi : Les avancées révolutionnaires de la médecine préventive : découvrez les dernières découvertes

Parmi les symptômes de la dépression, on a le manque et la perte d’intérêt pour toute activité. C’est de là qu’en découle la conséquence du manque de productivité si on ignore cette pathologie. Même si la personne n’est qu’au début de la maladie, elle peut se sentir incapable dans un premier temps et ensuite, elle perdra petit à petit la motivation. Face aux variations d’humeur, il y a de fortes chances qu’une personne dépressive se tourne vers l’alcool et/ou les drogues. C’est une des conséquences de la dépression non traitée les plus courantes.

Dépression : vers qui se tourner ?

Lorsqu’on croit détecter les symptômes de la dépression, il est important de parler à un membre de sa famille. Avec lui, le sujet pourra parler ouvertement de ce qui lui arrive et avoir du soutien. Il faut tout de même comprendre que même si votre proche vous rassure que ce n’est qu’une tristesse passagère, il serait judicieux de voir votre médecin traitant. Certes, c’est un médecin généraliste, mais il a les compétences pour identifier et pour prendre en charge la dépression.

En fonction de la gravité de votre cas, votre médecin traitant peut vous orienter vers un autre professionnel de la santé comme un psychiatre ou un psychologue. Rassurez-vous : même si on vous a demandé de prendre rendez-vous avec un psychologue ou un psychiatre, ceci ne veut pas forcément dire que votre cas est grave. Votre médecin peut vous le recommander pour vous faire profiter d’une meilleure prise en charge.

Consulter rapidement : opter pour la téléconsultation

N’osez-vous pas en parler avec votre médecin traitant ? N’y a-t-il pas de psychologue dans votre ville ? En cas de signes de dépression, il est important de consulter rapidement, car le traitement sera plus facile si le patient est pris en charge rapidement. Alors pourquoi ne pas opter pour la téléconsultation ? On parle ici d’une consultation qui se fait via un ordinateur, un smartphone ou une tablette, mais qui se déroule de la même façon qu’une consultation classique chez un professionnel de la santé.

La téléconsultation vous permettra dans un premier temps d’être reçu par un psychologue. Il est également possible d’avoir un psychiatre ou un médecin généraliste. Cependant, vous n’aurez pas à attendre des semaines pour avoir ce rendez-vous et vous serez directement pris en charge à l’heure indiquée du rendez-vous.

Rappelons que tout professionnel de la santé est tenu au secret médical, et ce, même si la téléconsultation se fait via Internet. Vous n’aurez donc rien à craindre, car la plateforme par laquelle vous passez devrait garantir la confidentialité des échanges. Vous pourrez alors vous confier ouvertement au psychologue. Comme le traitement de la dépression ne se fait pas en une journée, le sujet peut également nécessiter une prise en charge régulière ou plus précisément du soutien. C’est aussi là l’autre avantage de la téléconsultation, car elle facilite les échanges avec le spécialiste ou le médecin.

Le traitement de la dépression

Quand on dit « dépression », certains vont penser aux antidépresseurs pour le traitement. Sachez que le traitement est variable d’un type de dépression à un autre et d’un patient à un autre. Certes, le traitement de cette pathologie se fait avec les médicaments antidépresseurs, mais aussi avec la psychothérapie. D’ailleurs, pour une dépression légère avec un épisode dépressif peu gênant, le psychologue peut se limiter à un soutien psychothérapeutique qui peut se faire à distance. On parle ici du téléconseil thérapeutique.

Si le patient présente un peu plus de symptômes et si ces derniers sont plus intenses, le spécialiste donne un traitement antidépresseur. Il propose également un soutien psychothérapeutique. Si la dépression est à un stade déjà plus avancé, si le patient fait une résistance aux traitements ou encore s’il n’est pas à sa première dépression, là, ce sera un psychiatre qui interviendra. Ses soins peuvent basculer dans les médicaments neuroleptiques s’il a des idées délirantes ou des hallucinations. A ce stade, l’hospitalisation du sujet peut même être envisagée.